Le recyclage au Pérou : un aperçu d’une municipalité novatrice


Ayant  travaillé deux ans et demi aux opérations dans un écocentre, j’ai tout de suite eu la curiosité d’en apprendre davantage sur les pratiques locales et la situation du recyclage à mon arrivée dans ma nouvelle ville d’accueil, Lima. Ainsi, après quelques recherches et découvertes, j’ai cru qu’il serait intéressant de vous partager la perspective péruvienne à ce sujet. C’est ce qui m’amène donc à vous présenter un aperçu du recyclage au Pérou.  

Grâce à une collègue chez mon partenaire la RAE (Red de Agricultura Ecológica del Perú), j’ai eu l’occasion de rencontrer Mayra Celia Díaz Ramirez, coordinatrice du programme de gestion d’éducation environnementale pour la municipalité de La Molina, située à Lima, et  Christian M. Campos Árias, gestionnaire en environnement et aux travaux publics, pour discuter de la question du recyclage dans la région de Lima. Cette entrevue m’a permis d’en apprendre plus sur le programme de recyclage de La Molina et sur les initiatives prises par la municipalité et le gouvernement pour inciter les citoyens et citoyennes à recycler davantage.

Municipalité de La Molina

La municipalité de La Molina est une des seules municipalités de Lima qui détient un programme de recyclage avec une équipe en place pour assurer un processus stratégique de planification et de mise en oeuvre. Lors d’une visite dans le marché local et dans les parcs de la municipalité, j’ai pu constater qu’il y avait des stations de recyclage. Cela m’a amené à vouloir apprendre sur le processus et à entrer en contact avec les représentantes municipales responsables de ce programme pour me renseigner. Dans un contexte où la situation du recyclage dans les régions en dehors de la capitale du Pérou et même dans la capitale est presque inexistante, j’étais curieux de voir comment la municipalité de La Molina a réussi à mettre en place son programme de recyclage.

Leur programme de recyclage 

Le programme de recyclage de La Molina est un service offert gratuitement aux citoyens et aux citoyennes de la municipalité ainsi qu’aux commerçants et commerçantes  locaux qui souhaitaient également y participer.

Afin de faciliter la collecte et faciliter le tri, la municipalité a mis en place  deux méthodes pour collecter les matières :

Collecte hebdomadaire

Chaque citoyen et citoyenne peut s’inscrire au programme de collecte gratuitement auprès de la municipalité. Suite à leur inscription, la municipalité s’engage à passer une fois par semaine pour collecter les matières à leur domicile ou encore à leur commerce.

Point de dépôts
Crédit photo : Alexandru Beg

Ils ont aussi mis sur pied des points de dépôts situés sur la voie publique. Ces points sont séparés en catégorie pour faciliter le recyclage du papier, les plastiques, les bouteilles, ainsi que d’autres matières acceptées.

Les types des matières acceptées sont les suivantes : le papier et le carton, le verre, le tetra pak (ex: carton de lait ou de boisson, etc.), les canettes en aluminium ( ex: conserves, boissons, etc.), le plastique dur, le plastique Pech (haute et basse densité), mais ils travaillent également avec des produits électroniques et électroménagers.

J’ai été surpris d’apprendre qu’une association s’occupe de démonter certains produits pour en extraire le métal et le plastique afin de les commercialiser à nouveau sous une nouvelle forme. En plus, la municipalité a créé une collaboration avec trois associations de recycleurs qui se chargent de recycler, commercialiser ou revendre certaines matières qu’ils ne peuvent pas recycler eux-mêmes. Finalement, ils ont aussi mis en place une collaboration avec une association qui s’assure de donner une deuxième vie aux produits électroniques et électroménagers en les réparant et les distribuant à des citoyens et citoyennes dans le besoin.

Un travail collectif

        En raison d’une ordonnance gouvernementale voulant que les municipalités mettent en place des mesures pour sensibiliser les populations locales à l’importance de recycler et de réduire leur consommation de produits non réutilisables, la municipalité de La Molina a mis en place les «Éco mercredi : jour sans plastique». Ainsi, chaque mercredi, les dépanneurs, centres commerciaux et autres commerces ne donnent pas des sacs de plastique, de tasses non réutilisables, ni même d’ustensiles jetables, sauf si les gens en demandent.

      Selon Mayra et Christian, l’éducation et la collaboration citoyenne avec la population sont les deux ingrédients clés pour réduire les déchets à La Molina comme ailleurs dans la région. Christian a aussi souligné qu’une meilleure participation de la communauté pourrait réduire les coûts administratifs et logistiques associés au recyclage pour la municipalité, qui se charge actuellement de faire la collecte de grands objets en porte à porte. Une démarche pour construire un écocentre fait aussi l’objet d’une discussion. En même temps, ils m’expliquent qu’afin de faciliter le travail des municipalités, ils aimeraient le gouvernement les appuis davantage par la réalisation de campagnes nationales faisant la promotion du recyclage.

       Au final, je suis heureux d’avoir eu l’occasion de rencontrer des personnes qui partagent ma passion pour le recyclage et pour la réduction des matières résiduelles. C’est motivant de savoir qu’il y a des initiatives locales et nationales au Pérou qui se développent ou qui s’améliorent dans un souci de protéger l’environnement. Chaque geste compte et commence par ceux que l’on décide de poser pour changer les choses.  La plus grande menace pour notre planète est de penser que quelqu’un d’autre la sauvera pour nous.


Vous aimez cet article ? Partagez-le avec votre réseau !

Quel est votre réaction à la lecture de cet article ?

J'agis J'agis
2
J'agis
J'aime J'aime
0
J'aime
J'adore J'adore
1
J'adore
Alexandru Beg

Je considère ce stage avec SUCO comme une occasion d’accroître mes connaissances dans le domaine de gestion d’événements, en plus d'être un excellent moyen d’acquérir des connaissances en développement international. Cette expérience me permettra aussi de découvrir un nouvel environnement de travail, en plus de mettre à profit mes aptitudes et mes compétences acquises au cours de mon parcours académique et professionnel. C’est donc l’occasion de prouver mon dévouement et de m’intégrer à un nouveau contexte interculturel. Les approches de SUCO en matière de promotion d’une gouvernance favorisant une approche locale et de bonnes pratiques agroenvironnementales sont des concepts que je partage dans ma vision de la solidarité.

Un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend