Les plantes médicinales ancestrales : au coeur de la souveraineté alimentaire péruvienne


Au début de mon mandat en commercialisation de produits agricoles au Pérou, mon partenaire IDMA, appuyé dans le cadre du projet Formagro, a organisé une première rencontre avec un groupe de producteurs et productrices de la région prônant des techniques de production agroécologiques. Lors de cette réunion, j’ai eu le privilège de rencontrer Marvila, une agricultrice de la région de Cumpe, et d’échanger avec elle sur une passion commune, la médecine alternative.

Caroline Wegner Tolio, stagiaire PSIJ et Marvila. Crédit photo : Jimmy Casas

À la suite de cet échange, la productrice a voulu me partager ses connaissances en la matière et elle m’a donc invité à me diriger vers son jardin, où elle cultive de nombreuses plantes médicinales. Au cours de la visite de sa ferme, elle m’a donné une leçon sur les différentes plantes s’y trouvant, de leurs origines péruviennes à leur utilisation dans notre vie quotidienne pour soigner les maladies et les malaises. Elle m’a expliqué, entre autres, qu’elle avait hérité de toutes ses connaissances sur les herbes médicinales de sa mère et de sa grand-mère qui les ont toujours utilisé comme alliées au maintien d’une bonne santé. 

Cette rencontre m’a permis de comprendre comment toutes ces plantes médicinales et tous les aliments cultivés par Marvila sur sa chacara (ferme en espagnol) sont d’une extrême importance pour la souveraineté alimentaire du pays et pour la conservation de la culture ancestrale de guérison.

Avoir l’occasion d’en connaître un peu plus sur la culture des plantes locales péruviennes et savoir comment les utiliser a été une belle chance d’approfondir mes connaissances des aliments en faveur de notre santé. J’ai donc décidé de partager avec vous trois herbes médicinales qui m’ont été présentées par Marvila :

Plant de Muña. Crédit photo : Caroline Wegner Tolio
Muña

La muña est certainement l’une des herbes les plus populaires ici. Certains disent qu’elle est la menthe magique des Andes, si l’on considère tous ses bienfaits. La muña est une très bonne alliée pour les problèmes digestifs, les nausées et prévient également les parasites. Si, au milieu d’une randonnée en altitude, lors de ton voyage au Pérou, tu viens à manquer de feuille de coca, cette plante peut te sauver la vie en cas de soroche (mot en quechua pour maux d’altitude). L’infusion est faite avec de l’eau bouillie et des feuilles de muña séchées.  Depuis ma découverte de cette plante, j’en garde tout le temps une petite quantité à la maison, en cas de problèmes digestifs ou autres.

Paico

Le Paico est une herbe aux propriétés antiseptiques et diurétiques largement utilisée pour lutter contre les infections urinaires, la gastrite et aussi pour soigner les plaies. Marvila m’a raconté que sa mère avait l’habitude de guérir les plaies de ses enfants avec du paico écrasé. C’est une tradition familiale qu’elle a aussi transmise à ses enfants. Pour le préparer, il faut seulement écraser quelques feuilles fraîches ou les hacher et puis les placer sur la plaie pour désinfecter. Pour avoir un effet encore plus concentré, on peut aussi ajouter un petit peu de sel. Les feuilles sont également utilisées pour préparer «la soupe verte», l’un des plats typiques de la région. Personnellement, je n’ai pas encore eu besoin de prendre le paico, mais juste de savoir que j’ai accès à une alternative naturelle pour combattre des infections urinaires et soigner mes blessures me rend heureuse.

Tara

Tara est une gousse typique de la région montagneuse du pays qui possède des propriétés anti-inflammatoires. Elle est principalement utilisée pour soigner les infections des amygdales et de la gorge. Elle peut aussi être utilisée pour prévenir des infections vaginales et fongiques à travers un bain de siège fait avec un concentré de la plante et de l’eau à température tiède. Pour les infections de la gorge, on prépare une infusion avec les gousses vertes et de l’eau chaude. Il faut ensuite se gargariser avec cette infusion. Selon Marvila, il est toujours utile d’avoir une petite quantité de tara dans nos sacs à dos lors d’un voyage en région montagneuse où l’air est souvent plus frais.

*Veuillez noter qu’il est important de consulter un professionnel de la santé pour en connaître davantage sur les effets de ces plantes médicinales avant de les consommer.  


Vous aimez cet article ? Partagez-le avec votre réseau !

76 Partagez

Quel est votre réaction à la lecture de cet article ?

J'agis J'agis
0
J'agis
J'aime J'aime
1
J'aime
J'adore J'adore
5
J'adore
Caroline Wegner Tolio

  Animé par ma volonté de vivre de nouvelles expériences professionnelles et humaines, j'ai décidé de postuler pour un stage en développement international. 

Un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend