La richesse de Santa Eulalia


Quand j’ai pensé à réaliser un mandat en coopération internationale, je savais que je voulais aller dans un petit village, être entourée par la nature et pouvoir vivre avec les populations locales. J’étais très heureuse lorsque SUCO a accepté ma candidature et ils m’ont dit que j’irais à Santa Eulalia au Pérou. C’était une opportunité parfaite de vivre une expérience sans égal en travaillant directement avec les producteurs et les productrices de la région. 

Santa Eulalia, aussi connue comme “la vallée du soleil”, est un joli village à environ une heure et demie de Lima. C’est un endroit bien connu par son fleuve, ses restaurants avec piscine, son climat ensoleillé et pour avoir les meilleures chirimoyas de la région. Depuis plus de quatre ans, la place centrale Santa Eulalia reçoit l’Ecoferia tous les dimanches. C’est l’endroit où les producteurs et les productrices agroécologiques fournissent aux habitants et visiteurs des produits sains, délicieux et sans produits chimiques. Ils vendent des fruits et des légumes frais, du miel et des produits transformés tels que des crèmes glacées, des liqueurs, des jus, des gâteaux, des confitures et bien plus encore.

Les productrices de l’Ecoferia de Santa Eulalia durant leur 4ème anniversaire
Crédit photo: Cyntia Salim Lopez

Des apprentissages qui vont droit au cœur

Avant de commencer cette aventure, je croyais que les apprentissages les plus importants seraient liés à l’agroécologie, au respect de l’environnement et à l’égalité entre les femmes et les hommes. Je ne m’attendais pas à ce que la partie la plus importante de cette expérience soit la relation, que je créerais avec les producteurs·trices locaux. D’abord, ils étaient les “bénéficiaires du projet”, ensuite ils étaient “les producteurs et les productrices de Santa Eulalia”. Quelques mois plus tard, ils étaient presque des amis et amies et à la fin de mon mandat, je les sentais comme faisant partie de ma famille. En particulier, les femmes qui sont toujours présentes à chaque dimanche à l’Ecoferia de Santa Eulalia.

Lors de notre première rencontre à dire vrai, je n’étais pas au courant du travail impressionnant que ces femmes font chaque jour. Ce sont des mères, des grands-mères, des chefs de famille, des étudiantes, des productrices, des commerçantes et des collègues de travail. En plus de toutes les tâches quotidiennes à la maison, elles s’occupent aussi de leurs familles et de leurs fermes, d’assister constamment à des formations, de créer de nouveaux produits… bref, ces femmes ne s’arrêtent jamais.

Au cours de mon travail avec elles, j’ai commencé à découvrir leurs personnalités, je connaissais leurs familles sans même les avoir rencontrées et une fois qu’elles se sentaient plus en confiance, elles partageaient également leurs histoires de vie avec moi. Certaines sont très difficiles et tristes, par contre elles arrivaient toujours avec le sourire, prêtes à apprendre et à recevoir notre support.

Mme. Ignacia Condori
Crédit photo: Cyntia Salim Lopez

Au fur et à mesure que la relation avec elles a changé et que les liens se sont resserrés, j’ai réalisé que mon véritable objectif à cet endroit allait au-delà de l’exécution des tâches décrites dans mon contrat. Je me suis donc donné comme mission d’être à leur écoute et de leur communiquer mon admiration envers leur dévouement. Ces femmes ont donc commencé à me faire confiance et sont devenues ma motivation. Grâce à elles, mon expérience dans la coopération internationale a été positive et enrichissante. Si j’avais à refaire cette expérience, je choisirais encore d’aller dans un endroit comme Santa Eulalia, où la vie est plus facile et où les gens sont riches de cœur.


Vous aimez cet article ? Partagez-le avec votre réseau !

Quel est votre réaction à la lecture de cet article ?

J'aime J'aime
0
J'aime
J'adore J'adore
0
J'adore
J'agis J'agis
0
J'agis
Cyntia Salim Lopez

Après une réflexion personnelle, j’ai décidé de réorienter ma carrière. Je fais ce stage parce que je souhaite trouver une nouvelle identité professionnelle et je considère que les enrichissements qu’on acquiert à l’étranger sont toujours inestimables.   Profondément intéressée à l’humain, j’ai envie de continuer à travailler pour le bien collectif mais dans un organisme à but non lucratif. Je suis convaincue que ce stage en particulier sera très stimulant par rapport à mes autres expériences à l’international parce que je serai confrontée à une réalité complètement différente et j’espère avoir l’opportunité de motiver mon entourage à participer dans des projets de coopération internationale car elle est plus que jamais nécessaire.

Un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend